Chères amies, chers amis,

 

Il m’appartient de tirer le bilan de l’année écoulée qui ne pourra, pandémie oblige, échapper à la morosité ambiante mais qui portera aussi un message d’espoir.

Au cours de cette annus horribilis, nous avons dû nous familiariser avec un nouveau vocabulaire de circonstance comme la distanciation, les gestes barrières, les réunions en distanciel sans oublier l’usage ad libitum du gel hydroalcoolique et le port du masque obligatoire.

A côté des ravages dramatiques sur la santé, sur l’économie, sur l’éducation des jeunes, l’épidémie a durement frappé le monde de la culture, du spectacle et de la musique avec la fermeture des salles et l’annulation des festivals.

L’activité du cercle n’y a certes pas échappé avec l’annulation de conférences (qui ont été ou seront reportées), l’annulation du voyage à Milan pour Tannhäuser, de la participation au festival de Bayreuth, au Ring de Paris et au dîner annuel.

La tristesse de ces derniers mois s’est encore accrue avec l’annonce du décès de notre ancien président Georges Roodthooft au terme d’une vie que l’on pourrait qualifier « avec Wagner » et la disparition de notre ami Paul Gruselle emporté par ce redoutable virus.

Au terme de dix années d’infatigable activité au profit du cercle, notre secrétaire Marcel Geerts a souhaité, pour des raisons personnelles, être déchargé de sa tâche. Au nom de tous les membres, je tenais à lui exprimer, encore une fois, toute notre reconnaissance et lui souhaiter de profiter avec son épouse Eliane, notre ancienne trésorière, de sa retraite, tout en continuant de partager au sein du Cercle le plaisir de rencontres culturelles et musicales. Nous souhaitions lui remettre un petit cadeau, en souvenir de notre collaboration lors du dîner annuel, hélas annulé. Nous le remettrons donc à distance. N’y voyez aucune allusion à la situation actuelle du Cercle. Cet  objet est seulement destiné à lui rappeler notre longue et fructueuse collaboration en évoquant un des centres d’intérêt (caché) de notre ami Marcel. Que ce petit souvenir ne vous fasse toutefois pas sombrer dans la morosité.

Mais, il nous faut cultiver « l’audace de l’espoir », comme le disait Barak Obama. La  perspective prochaine d’un vaccin, l’efficacité des sacrifices consentis, la meilleure connaissance du virus nous laissent espérer un retour à une vie sociale et le terme du pesant confinement pour l’année à venir.

Pour le cercle, nous ne manquerons pas d’être optimistes.  Un très grand nombre de membres (la plupart) ont renouvelé leur adhésion, témoignant ainsi combien en cette période d’isolement, le maintien de liens amicaux et culturels, même à distance, sont essentiels.

Nous avons eu le plaisir d’accueillir une nouvelle secrétaire dynamique et enthousiaste, Elizabeth Mollard avec plein d’idées, qui a repris avec Benoit, notre encore plus indispensable que jamais webmaster, la note d’information mensuelle dans un format renouvelé et enrichi pour laquelle nous avons reçu nombre de réactions positives et qui a fait l’objet de remarques particulièrement élogieuses de la part de l’International Wagner Verband.

Le site s’est modernisé et s’est développé avec une zone réservée aux membres dans laquelle parmi d’autres, un projet ambitieux de numérisation de l’ensemble des revues qui seront aisément accessibles à nos membres.

La revue du cercle est un fleuron qui fut l’œuvre de notre ancien président et qui continue en maintenant un haut niveau de qualité. Le second numéro de l’exercice, passionnant, consacré, année Beethoven oblige, à la cinquième symphonie par Benoît van Langenhove devrait vous parvenir sous peu.

Le conseil d’administration s’est réuni trois fois en présentiel chez notre ami Xavier Grognard qui une fois encore nous offre son hospitalité pour cette AG hybride, qu’il en soit remercié et il s’est réuni aussi deux fois en distanciel.

Si l’AG marque son accord nous serons heureux d’accueillir au sein du Conseil d’Administration, 2 nouveaux membres, en remplacement d’Eliane Gyselinck, notre ancienne trésorière et de Jean-Francois Simon – tous deux membres sortants que je remercie également pour leur engagement tout au long de ces années en faveur du Cercle. Le premier est Alain Debrue, l’artisan voire l’artiste qui réalise la mise page, l’impression et la distribution depuis des années de la Revue, que je remercie au passage pour la rigueur et la qualité du travail, et la deuxième est Elizabeth Mollard, notre nouvelle secrétaire.

Malgré les circonstances difficiles au cours de l’exercice écoulé, nous avons pu organiser cinq conférences sur les huit prévues dont trois consacrées à Beethoven sur les cinq prévues. La prochaine conférence, du Dr Drüner, a dû être annulée mais nous espérons pouvoir l’accueillir en avril 2021.

Après des mois d’errance, le cercle s’est installé pour ses conférences dans la librairie UOPC à  Auderghem, dans des conditions très favorables quant au confort de la salle et l’accessibilité en transports en commun ou en voiture individuelle. Nous espérons pouvoir reprendre dès que les circonstances le permettront les lunchs sur place au terme des réunions.

Les voyages ne sont, pour le moment, pas envisageables et même Bayreuth, pour lequel la plupart de nos membres ont maintenu leur réservation en ne réclamant pas le remboursement de billets, reste très incertain. Nous ne manquerons pas bien entendu de vous tenir informés de l’évolution dès que nous en saurons plus. Il en va de même pour les billets de la Scala de Milan.

Les finances du cercle, gérées avec attention par notre ami Charles Maldague, notre trésorier, restent dans une perspective favorable mais nous sommes soumis à une augmentation de coûts lié à la publication de la Revue, la location de la salle pour les conférences, l’adaptation du programme informatique en particulier du site, ce qui nous contraint à proposer une légère augmentation de cotisation qui passera de 48 à 50€ par personne ainsi qu’une augmentation modéré du prix d’entrée aux conférences de 1€ pour les membres.

Concernant les grands projets, nous nous réjouissons d’avoir obtenu la désignation de Bruxelles comme ville d’accueil du congrès international en automne 2023 par l’International Wagner Verband. Cette période coïncide avec le début d’un nouveau Ring à la Monnaie (on croise les doigts).  Ce sera l’occasion pour le Cercle d’organiser la réunion en collaboration avec nos amis néerlandophones des Wagner Vrienden. Nous envisageons d’organiser, en autres, avec les meilleurs spécialistes belges et étrangers un colloque consacré au rôle de Bruxelles dans la diffusion de l’œuvre de Wagner et l’influence de ce dernier sur les arts en Belgique à la fin du 19ème siècle.

Plus près de nous, nous espérons pouvoir organiser en collaboration avec la fondation Lussato Fedier un récital d’œuvres de Wagner et Strauss par la jeune soprano belge Anne Sophie Sevens en février 2011, on recroise les doigts.

Enfin au travers du site, de la newsletters et des flashs d’information nous essayons de vous tenir informés de tout ce qui concerne l’activité lyrique et wagnérienne, en particulier, des opportunités de capter des retransmissions de productions pour essayer de traverser la période de disette lyrique actuelle sans risque de phénomènes de sevrage.

Alors, encore une fois, serrons-nous les coudes (seul contact permis au temps du coronavirus) et attendons avec patience le plaisir, qui sera décuplé, de se revoir au terme de cette épreuve. Prenez soin de vous et recevez nos amitiés masquées.

 

Dr Jean-Paul Mullier
Président du cercle belge francophone Richard Wagner